et-loader

Une forte saison des pluies et des ouragans approchent, annonce le CNE et l’IMN

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

En raison de l’urgence causée par COVID-19 et de l’arrivée de la saison des ouragans, l’attention portée aux urgences dues aux pluies au cours de la deuxième partie de l’année sera traitée dans le cadre d’autres lignes directrices pour la protection des responsables des interventions d’urgence et de la population en condition de vulnérabilité.

Cela a été annoncé lors d’une conférence de presse lundi, le président de la Commission nationale pour la prévention des risques, Alexander Solís, qui a annoncé que de nouvelles directives ont été créées pour la gestion des abris temporaires, une nouvelle modalité pour déclarer les alertes, ainsi que des normes de la sécurité aux institutions de première intervention pour leur sécurité et celle des citoyens en pleine pandémie.

Hector Chaves, directeur général des pompiers, a indiqué que son établissement est prêt, à la fois en équipement et en formation, à faire face aux urgences qui surviennent en cette saison des pluies, cependant, l’idéal est de prendre les dispositions pour éviter leur survenue. Pour cette raison, il a demandé instamment que des mesures préventives soient prises par les institutions de première intervention.

Pour cette saison des pluies, la CNE s’est organisée de manière interinstitutionnelle pour mettre en œuvre des plans de préparation et d’intervention selon six axes majeurs afin de réduire l’impact des phénomènes hydrométéorologiques sur les communautés les plus vulnérables.

  1. La première ligne est l’activation des mécanismes d’alerte, grâce à une coordination technico-scientifique constante avec l’Institut National de Météorologie (IMN). Il a également défini un nouveau schéma d’alerte pandémique: alertes vertes pour information, alertes jaunes pour préparation, alertes orange pour mobilisation et alertes rouges pour urgences majeures.
  2. La deuxième ligne d’action est l’organisation et la structure de coordination avec les institutions qui travaillent dans la prévention et l’attention aux urgences à travers le Centre des opérations d’urgence (COE) et les 90 comités d’urgence municipaux et régionaux répartis dans le pays , qui articulent leur travail dans des tableaux thématiques et à travers un système l’utilisation des nouvelles technologies.
  3. La troisième ligne est un solide système de suivi et de surveillance permanent grâce à une surveillance quotidienne des conditions météorologiques et des conditions des rivières et des glissements de terrain. L’information est diffusée par 650 stations de radio situées à des points stratégiques du territoire national. Cette surveillance est effectuée dans les 1 462 communautés du pays identifiées comme vulnérables par les inondations ou les glissements de terrain.
  4. Le quatrième axe de travail correspond à la gestion des refuges qui présente une particularité car l’éloignement social nécessite l’autorisation de plus d’établissements et de nouveaux protocoles de vérification doivent être suivis par le ministère de la Santé pour garantir la protection des victimes.
  5. La cinquième ligne est l’équipement. Le CNE dispose de 54 entrepôts et d’un inventaire des installations aménagées comme logements temporaires dans chaque canton, qui comprennent des ressources locales telles que des couvertures, des mousses, des tronçonneuses, etc., l’acquisition d’articles pour le stock permanent tels que des bateaux, et l’inventaire des fournisseurs locaux, entre autres tâches.
  6. Le sauvetage des personnes est le sixième axe de travail mis en œuvre pour les soins d’urgence. Cette ligne est travaillée en collaboration avec les institutions de première intervention telles que les pompiers de Benemérito, le ministère de la Sécurité publique et la Croix-Rouge costaricienne pour le transfert préventif des groupes familiaux des zones déclarées en alerte par phénomène hydrométéorologique à la gestion des abris temporaires .

De son côté, le CNE dispose d’une Cellule en charge de la gestion du réseau de communication 24h / 24, modernisée pour garantir une meilleure communication sur l’ensemble du territoire national.

À titre de mesure d’atténuation, il est prévu d’équiper les premiers intervenants de produits de nettoyage de protection individuelle et de barrières physiques pour prévenir la contagion. De même, l’approche de désinfection des unités de secours est en cours d’accord avec les institutions. Cela comprend la vérification préalable des personnes séropositives COVID dans la zone d’évacuation afin de leur fournir un traitement différencié et ainsi éviter la contagion.

Avec ces six axes de travail, le CNE en tant qu’entité de coordination, cherche à lier les efforts à travers la participation de la société civile, des collectivités locales et des institutions gouvernementales pour atténuer l’impact des principales menaces liées au phénomène de la pluie et des vents forts.

Dernières nouvelles