et-loader

Programme 2020 du Théâtre Vargas Calvo

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Le Théâtre José Joaquín Vargas Calvo, plus simplement connu sous le nom de Théâtre Vargas Calvo, est le théâtre de caméra du Théâtre national du Costa Rica; une salle qui offrira en 2020 un total de huit coproductions théâtrales, dont la programmation sera axée sur la thématique de genre.

La programmation débutera avec le film lauréat du concours national de dramaturgie 2019, “La ballade post-futuriste des mollusques”, écrite par Bryan Vindas Villareal, sous la direction de Gladys Alzate. En outre, en septembre, il y aura une saison pour les enfants; le programme sera clôturé par le prix national de dramaturgie 2020.

L’entrée générale coûte 8000 colones; les étudiants et les personnes âgées titulaires d’une carte d’identité, 5200 colones. Cette réduction s’applique uniquement à la billetterie du Théâtre et par l’intermédiaire du centre d’appel. La saison des enfants sera à un prix spécial qui sera annoncé en temps voulu.

Achetez les billets dans la newsletter du Théâtre National, sur le site web www.teatronational.go.cr et au tél. : 2010-1110.

Voici la description des pièces du Vargas Calvo :

La balada post-futurista de los moluscos  •    Del 7 al 16 de febrero. Obra ganadora del Concurso Nacional de Dramaturgia Inédita 2019 escrita por Bryan Vindas Villareal. Dirección Gladys Alzate.

• Synthèse : Alejandro, 18 ans, a été hospitalisé il y a trois mois pour une tentative de suicide ratée. Depuis son état de coma et à travers son interaction avec les autres personnages de la pièce, il nous raconte beaucoup des situations familiales qu’il a vécues depuis son enfance, par lesquelles nous comprenons les raisons qui l’ont conduit à prendre cette décision. L’œuvre, dans un langage poétique et surréaliste, reflète bon nombre des situations de violence familiale que connaissent actuellement certains ménages costa-riciens et qui affectent émotionnellement les personnages, limitant son potentiel de vie. Une histoire qui nous aide à comprendre l’importance de la communication dans la prévention de la violence.

Pour rêver que nous ne fuyons pas • Du 28 février au 29 mars. De la dramaturge mexicaine Ana Francis Mor. Inspiré de Ricardo III de W. Shakespeare. Coproduction avec le Théâtre ABC-O. Adresse : Natalia regidor

• Synthèse : Richard III a mis un prix sur la tête de sa femme, elle s’enfuit avec sa noble servante dans l’espoir d’arriver vivant à la frontière et de pouvoir ainsi traverser de l’autre côté pour être libre et vivre. Dans ce transit, elles sont touchées par un tueur à gages, un entrepreneur comme celui qu’on appelle. La vie de la reine est en jeu, sa vie est entre les mains d’un autre. Le pouvoir, l’argent, peuvent-ils faire plus ?

La brute attend • Du 24 avril au 24 mai. De Julio Chávez. Adresse : Tatiana Chaves

•    Sinopsis: “La Bruta Espera” se compone de tres obras cortas del actor y maestro de la actuación argentino, Julio Chávez: “La Bruta Espera”, “El AS en la manga” y “Los Amores de Águeda”. Son tres historias que relatan un momento decisivo en la vida de seis mujeres en distintos contextos. • Synthèse : “La BrutaEsper” se compose de trois courts-métrages de l’acteur et maître de la performance argentin Julio Chávez : “La Bruta Esper”, “El AS en la manga” et “Los Amores de Águeda Ce sont trois histoires qui racontent un moment décisif dans la vie de six femmes dans différents contextes.•    Sinopsis: “La Bruta Espera” se compone de tres obras cortas del actor y maestro de la actuación argentino, Julio Chávez: “La Bruta Espera”, “El AS en la manga” y “Los Amores de Águeda”. Son tres historias que relatan un momento decisivo en la vida de seis mujeres en distintos contextos. 

La bruta espera

“La brute attend”-Dans la première, Nancy, une mère nouvelle, raconte ses craintes multiples et logiques à son amie Matilde, qui est sur le point d’avoir son quatrième enfant. Bien que la jeune mère semble ne pas vouloir enfanter, les raisons de ses craintes deviennent vite évidentes.

-“El AS en la manga” narra el encuentro de Eli, una empleada doméstica con una capacidad de imaginación desaforada, y Meche, una mujer poquita cosa, subyugada ante la personalidad desbordada de su prima. Un giro inesperado en la situación, descubre la verdadera naturaleza de Eli y la tragedia de Meche.

– Les Amours de Agada”. Enfin, dans le dernier acte, vous pourrez découvrir la tragicomédie entre Águeda, une enseignante naïve, aveugle à la réalité et ridiculement ringarde et Leonor, une Zapatera pragmatique qui tente d’éviter à sa petite sœur de souffrir de la douleur et de l’humiliation d’une situation incontrôlable, ce qui entraîne un dénouement surprenant.

La maison de feu • Du 5 au 28 juin. Adaptation de l’ouvrage “Casa de poupées”. Adresse : Martin de Goycoechea

• Synthèse : Il y a longtemps, Nora a franchi une porte qu’elle n’a pas vue revenir. Aujourd’hui elle sonne et Nana l’ouvre. C’est elle. Encore une fois. Quinze ans plus tard. Elle est devenue un auteur célèbre et controversé, qui a approfondi sa position et en a fait un discours politique qui sort de ses livres et contamine ses contemporains. Il arrive à la recherche de Torvaldo. Son aide l’éloignera de la prison. Lui, qui a à peine réussi à refaire sa vie, est stupéfait et surpris. Nora va demander de l’aide à sa fille qui se souvient à peine d’elle et à Nana. C’est toujours, comme nous le rappelons, une femme forte qui doit maintenant faire face aux conséquences de sa sortie abrupte. Tout le monde aura quelque chose à lui dire. Elle devra écouter. Et parler.

Loup noir • Du 9 au 12 juillet. dramaturge : Rodrigo David Gutiérrez. Adresse : Uriel Morera. Coproduction avec Théâtre Crisol

Lobo negro

Synthèse : le lien entre l’humain et l’animal où il y a un code entre les loups : respecter la hiérarchie, maintenir l’ordre et obéir aux règles, mais c’est l’histoire d’un rebelle. Dans un haut-plateau balayé par le vent, un jeune loup lutte pour survivre face à une série de règles imposées par le troupeau.

Faloidoscope • Du 16 au 19 juillet. Réalisation et dramaturgie : Fernando Thiel. • Synthèse : C’est un monologue humoristique critique en un acte. Après ne pas avoir trouvé de travail, un homme de 55 ans est employé dans un laboratoire pharmaceutique pour promouvoir une pilule pour l’impuissance sexuelle. Pour cela, il doit porter une botte de pénis et s’arrêter dans les coins de la ville pendant huit heures sous le soleil et faire face aux critiques ou aux moqueries des passants en distribuant des tracts ou des pilules. Cela engendre chez lui des angoisses et des déceptions quant à la virilité des hommes.

Mi Paulina • Du 23 au 26 juillet. Dramaturgie : Valeria Varas. Adresse : Maria Bonilla. Coproduction Théâtre Ubou • Synthèse : recrée l’histoire de Paulina, née dans la zone minière et désertique du Chili, son voyage d’études aux États-Unis, le coup d’État militaire de Pinochet à Salvador Allende, son emprisonnement, sa torture et son exil au Costa Rica, où elle se marie, devient assistante sociale, elle a un fils et devient écrivain. C’est une oeuvre autobiographique à caractère poétique, dans laquelle apparaissent deux personnages : la Paulina niña, adolescente et femme qui souffre de la prison et de la torture et la Paulina madura qui raconte son histoire.

Sélection : récits érotiques •

Seducción: relatos eróticos

6‑9 août. Adresse : Juan Madrigal. Coproduction : Compagnie scénique Juan cuentacuentos • Synthèse : Spectacle unipersonnel de narrations érotiques qui cherche à laisser à fleur de peau l’envie de faire et de se faire sentir. On parle sans vergogne du droit au plaisir sexuel…

Il a été le flûtiste de Hamelin • Du 30 août au 13 septembre. Adresse : Juan Madrigal. Coproduction : Compagnie scénique Juan cuentacuentos. • Synthèse : C’était en 1200, je ne me souviens pas, quand les rats ont envahi le château de Hamelin. Le roi a offert 1000 pièces d’or à celui qui a sorti tous les rats. Mais seul un joueur de flûte étranger a réussi.

Dernières nouvelles