et-loader

L’ouragan ETA frappe durement le Costa Rica.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Après plus de 72 heures de pluie, la Commission nationale de prévention des risques et d’attention d’urgence (CNE) a rapporté que ce jeudi matin, un total de 1 361 personnes se sont réveillées dans 38 abris temporaires pour protéger leur vie.

Dans ce contexte, le président de l’institution, Alexander Solís, a expliqué que les comités d’urgence municipaux ont assisté à plus de 600 rapports d’inondations et 304 glissements de terrain ou glissements de terrain sur les routes. “Au petit matin, les pluies ne se sont pas arrêtées sur la majeure partie du territoire national, avec une plus grande intensité dans le Pacifique central et sud”, a-t-il expliqué.

Il a ajouté que, selon l’Institut national de météorologie, cette condition pourrait perdurer en raison de l’effet indirect de ce qui est aujourd’hui la dépression tropicale ETA. «Le CNE lance un appel véhément pour demander une protection si vous vivez dans des zones sujettes aux inondations ou aux glissements de terrain».

Le CNE a également fait état d’une maison enterrée à Concepción de Agua Buena de Coto Brus où se trouvaient apparemment deux personnes. Les premiers intervenants sont sur place.

Après avoir regretté cet incident, le président de la République, Carlos Alvarado, a rendu compte des inondations à Parrita, Quepos et dans d’autres régions, en plus des dommages aux infrastructures dans le Pacifique Sud et a réitéré l’appel à prendre des précautions extrêmes contre les effets indirects de la dépression tropicale. ETA.

«Nous gardons un œil sur l’évolution de ses impacts et soutenons les plus de 1 300 personnes dans les abris et les communautés affectées. Nous avons du personnel technico-opérationnel qui a été mobilisé dans les zones les plus touchées par les inondations et les glissements de terrain pour répondre à l’urgence et avoir un suivi et une coordination constants », a déclaré le président.

La Commission nationale pour la prévention des risques et l’attention d’urgence (CNE) élève le statut d’alerte rouge aux cantons de Parrita et Quepos dans la région du Pacifique central et à Golfito dans la région de Brunca. De cette manière, le statut d’alerte rouge est maintenu pour Hojancha, Nandayure, Nicoya Corredores, Coto Brus Parrita, Quepos et Golfito.

En outre, il maintient le statut d’alerte orange pour Upala et le versant du Pacifique (sauf Hojancha, Nandayure, Nicoya Corredores, Parrita, Quepos Coto Brus et Golfito). De plus, l’alerte jaune est maintenue pour la zone nord (sauf Upala) et la vallée centrale. La région des Caraïbes reste en alerte verte.

Force publique. Le sous-intendant Juan Manuel Castro, chef adjoint de la délégation de police de Parrita, a indiqué que la police surveille en permanence, en particulier dans la rivière Parrita, dans les villes vulnérables aux inondations telles que Vasconia, Playón Sur, San Isidro de Playón et le barrage de Pirrí.

Précisément, dans ces communautés de Parrita, les habitants ont été surveillés afin d’être alertés d’une éventuelle évacuation dans les prochaines heures.

Garde-côte. Martín Arias, directeur du Service national des garde-côtes, a indiqué qu’en plus d’avoir une attitude vigilante lors de la surveillance des rivières et des ruisseaux, ils soutiennent également d’autres organismes et institutions de secours dans diverses tâches, car ils sont pleinement intégrés aux comités d’urgence municipaux.

Dans le cas du poste de garde-côtes de Puerto Coyote, Nandayure, Guanacaste, depuis mardi, les fonctionnaires transportent des fournitures depuis les entrepôts municipaux de ce canton vers les abris habilités à s’occuper des victimes, ainsi qu’au domicile de certaines familles qui ont des fournitures nécessaires.

Limites. La police des frontières a indiqué qu’elle était à Golfito depuis le début de l’urgence, qu’elle avait collaboré à la distribution de nourriture et à l’évacuation des personnes. Hier soir, ils ont collaboré à l’évacuation, y compris des adultes plus âgés et des enfants qui ont dû porter dans leurs bras au kilomètre 20, Viquillas 1 et 2, Bambel 1, 2 et 3, Río Lagrarto et Finca 63 dans le district de Guaycará de Golfito.

Dernières nouvelles