et-loader

L’état de la nation révèle un pays qui accumule crise, problèmes et inquiétudes.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Le programme État-nation qu’il mène analyse les progrès et l’état du Costa Rica année après année, a publié aujourd’hui l’analyse de cette année. Reflétant une perspective moins qu’encourageante sur les questions de finances, de stabilité, de confiance et d’emploi.

Après avoir connu un «moment critique», selon le rapport sur l’état de la nation 2019, il a traversé une crise grave qui menace les réalisations historiques de ce développement. Telle est, en bref, la différence centrale entre la situation dans laquelle se trouvait la nation il y a un an et celle dans laquelle elle se trouve aujourd’hui, à la suite du plus grave choc productif, fiscal et social depuis les années quatre-vingt et, selon les ce qui se passe dans les mois à venir, de l’histoire nationale moderne.

Bien que la pandémie de covid-19 ait eu un impact sur toute la planète, au Costa Rica, elle a matérialisé les risques pour la durabilité du style de développement national que ce rapport souligne depuis plusieurs éditions, en raison de faiblesses structurelles en matière économique, sociale et environnementale. et la politique, pour laquelle il n’a pas introduit d’éléments correctifs stratégiques pour atténuer les risques. En 2019, le rapport indiquait que “si le pays tombe dans une crise à court terme, ou si cela peut être évité, dépend en partie de facteurs sans rapport avec la société costaricaine”. L’avertissement prend forme.

Actuellement, le Costa Rica fait face et discute de l’urgence d’ajustements forts qui empêchent l’aggravation de la crise budgétaire, ce qui aggrave le choc productif et social que traverse le pays. Cependant, ils doivent envisager la forme la plus appropriée de répartition des sacrifices pour la population et les politiques publiques, sans compromettre de manière irréversible le développement humain. À l’heure actuelle, la manière de faire face à la crise génère de fortes tensions et incertitudes sociales et politiques.

Le gouvernement rassemble les protestations.

According to the analysis of the Nation State, the government of Carlos Alvarado Quesada is the second with the most protests in the last 28 years, an impressive milestone for a government that has only been in office for 2 of its 4 years.

As explained by the PEN research coordinator, Leonardo Merino, “this administration is the second with the most social protests in its first two years since we registered it in 1992. Between 2018 and 2019 the amount is only compared to the situation of the Combo del ICE at the beginning of the century ”(protests against the opening of the telecommunications monopoly). … “from very early on this executive has had low levels of citizen support”, however it was highlighted that this became a “normal pattern” during the two previous administrations …

Dernières nouvelles