et-loader

Les municipalités côtières parviennent à prolonger les heures de plage jusqu’à 18h00

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Des représentants du gouvernement de la République, des autorités municipales des cantons côtiers et des organisations communales ont tenu une séance de travail mardi après-midi dans le cadre de la table de gestion municipale, au cours de laquelle un contrôle et une surveillance accrus avec les équipes ont été convenus les municipalités s’efforcent de maintenir les plages du pays ouvertes de 5h30 à 18h00.

Ce changement d’horaire prendra effet à partir de ce mercredi 13 et jusqu’au dimanche 31 janvier, période au cours de laquelle le comportement de contagion virale sera évalué, et plus tard la validité du calendrier sera évaluée. L’accord conclu implique également l’engagement des communes de veiller au respect du créneau horaire, des protocoles et de renforcer les actions de communication communautaire.

Patricio Morera Víquez, président exécutif de l’Institut municipal de développement et de conseil, a assuré qu’un accord consensuel avait été conclu après le dialogue. «Nous devons sauvegarder l’activité économique et l’activité touristique à long terme, pas seulement pour la semaine suivante. Si nous ne maintenons pas la pandémie sous contrôle, les conséquences pourraient être observées tout au long de la haute saison pour la visite des plages à travers le pays. “

Morera a ajouté que «parmi nous tous, nous avons fait en sorte que notre système de santé résiste à cette pandémie. Bien que le processus de vaccination soit déjà en cours, nous ne pouvons en aucun cas baisser la garde, c’est le moment de mieux prendre soin de nous et de donner l’opportunité à la vaccination d’atteindre ses résultats. “

Le Dr Priscilla Herrera García, directrice générale de la santé du ministère de la Santé, a appelé les personnes qui envisagent de se rendre sur les côtes, afin de respecter les mesures de prévention contre le COVID-19.

“Nous devons garder à l’esprit que le fait d’être en vacances ne doit pas signifier une détente dans les soins personnels, nous devons protéger notre santé et celle des habitants de la région que nous visitons”, a déclaré Herrera.

Pour sa part, Victoria Hernández, ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Commerce (MEIC), a assuré que les mesures sont prises accompagnées des données de la salle de situation qui indiquent qu’il y a une augmentation de la mobilité des personnes dans les zones côtières, des qui augmente depuis les derniers jours de décembre “

“Les plages peuvent être un point de contagion, nous avons besoin d’alliés tels que les municipalités qui nous permettent de soutenir la surveillance et la communication”, a ajouté Hernández.

Des représentants de la Commission nationale des urgences et de la prévention des risques, de l’Union nationale des gouvernements locaux, de l’Association nationale des maires et des municipalités et des autorités municipales d’Esparza, Garabito, Lepanto, Matina, Parrita, Puntarenas, Quepos, Siquirres ont participé à la réunion. , Talamanca, Colorado, Hojancha, Cañas, Carrillo, La Cruz, Liberia, Nandayure, Nicoya, Santa Cruz, Cóbano, Golfito, Osa et Paquera.

Dernières nouvelles