et-loader

Les manifestations et les blocus persistent, accusant le gouvernement de corruption et de mauvaise gestion.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Au moins 50 points sont rapportés avec des blocages, depuis le matin de ce mardi 6 octobre. De nouveaux groupes et secteurs se sont joints aux manifestations, marches et critiques contre les mauvaises décisions économiques de l’administration actuelle qui ont abouti à une proposition fiscale draconienne pour financer un prêt avec le FMI.

Dimanche, Carlos Alvarado a appelé à un dialogue multisectoriel, mais on sait qu’au moins le mouvement de solidarité a décidé de ne pas se présenter à la réunion car elle est bilatérale et non multilatérale comme le gouvernement a dû le faire.

Par ailleurs, syndicats, mouvements étudiants et universitaires se sont réunis pour dénoncer leur refus absolu aux nouvelles taxes et exiger la démission de l’équipe économique du gouvernement PAC, accusée d’être responsable de propositions illogiques, hâtives et irresponsables.

Pendant ce temps, des citoyens sans affiliation politique ou sans appartenance sectorielle critiquent les impôts très élevés, les dépenses élevées et le gaspillage public qui, selon eux, condamnent des milliers de familles à la pauvreté. L’une des critiques majeures étant le manque de propositions de relance économique et de réduction du chômage.

Dernières nouvelles