et-loader

L’équilibre est du mauvais côté, les mesures d’ouverture pourraient être compromises par une augmentation des cas.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Le ministre de la Santé, Daniel Salas, a indiqué qu’aujourd’hui 21 nouveaux cas sont recensés par COVID-19, atteignant un total de 951 cas.

Le hiérarchie a indiqué que, bien que l’augmentation doive nous faire réagir en tant que société, il a précisé que du ministère de la Santé chaque cas et son ensemble sont analysés en détail afin de prendre les décisions épidémiologiques les plus indiquées.

À cet égard, il a expliqué que les dispositions relatives à l’ouverture de magasins et de services reposent sur une analyse détaillée de l’origine de chaque contagion, par exemple, si elles étaient déjà classées comme cas suspects, si elles appartiennent à un cluster préalablement identifié, s’il s’agit de cas indigènes ou importés. et l’occupation des lits en soins intensifs, entre autres.

“De notre équipe de surveillance ce que nous recherchons est de décomposer les données, en faisant une analyse qualitative du chiffre quotidien qui nous permet de mesurer les risques de contagion. Par exemple, nous avons aujourd’hui 21 nouveaux cas, mais 15 d’entre eux étaient des contacts positifs et avaient un ordre d’isolement sanitaire en cours », a déclaré le ministre.

Salas a souligné que les dates d’ouverture ne sont pas garanties, réitérant que le calendrier proposé dépend de l’évolution des infections et que cette évolution dépend directement du comportement des citoyens.

«Nous ne pouvons pas nous détendre, il y a une responsabilité individuelle inévitable dans l’évolution positive ou négative de cette urgence, nous avons deux mineurs en zone rurale infectés car un membre de la famille a décidé de quitter la zone métropolitaine pour leur rendre visite. En famille, l’amour s’exprime aujourd’hui de loin », a souligné avec force le recteur de la Santé.

Dernières nouvelles