et-loader

Le territoire indigène de Cabagra prêt à affronter la saison des feux

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Avec la brigade Ska Diköl, la communauté de Cabagra, à Buenos Aires de Puntarenas, est prête à contrer l’effet de la plus haute saison des incendies dans le pays, qui se produit dans les premiers mois de l’année.

C’est ce qu’affirme Rafael Delgado, l’un des 15 membres de la brigade, formée depuis 2013 en réponse à la nécessité de garder les zones de protection des sources et de faire face aux brûlages qui sont souvent effectués sur ce territoire.

Cette brigade – qui signifie en bribri “l’eau de nos terres” – s’occupe en moyenne de 22 cas par saison, pour lesquels tous les membres sont formés et équipés de matériel tel que des tuyaux, des capes, des casques, des radios de communication et des équipements de contrôle et de surveillance.


L’équipe de volontaires contribue également à la protection et à la conservation de la zone de conservation de La Amistad Pacífico, qui borde le territoire indigène de Cabagra, ainsi qu’à la réponse aux situations d’urgence telles que les inondations, comme dans le cas de la tempête Nate en 2017.

Tout ce travail est effectué par un comité d’urgence local qui coordonne les actions concernant les risques, la prévention et l’atténuation des catastrophes, les autorités locales et les pompiers.

La brigade travaille avec l’accompagnement de l’Association pour le Développement Indigène Intégral de Cabagra et du Système National de Zones de Conservation en charge du Parc International de La Amistad.

“Les efforts de la brigade Ska Diköl en matière d’atténuation et de prévention des incendies sont à applaudir. Ces volontaires effectuent des tâches de prévention et de contrôle pour préserver la conservation de ces écosystèmes, qui sont vitaux pour que le Costa Rica ait son pourcentage enviable de biodiversité, ainsi que pour protéger tous les habitants de ce territoire”, a déclaré Randall Otárola, vice-ministre de la présidence chargé des affaires politiques et du dialogue citoyen.

Protection des sources. L’un des défis les plus importants de la brigade est de protéger la zone de protection du Cerro Pelón, où se trouvent les eaux d’amont du principal aqueduc qui alimente les villes de Brisas, Santa Eduviges et Bolas.

Ce site, qui est généralement le théâtre d’incendies dévastateurs, a une large extension, ce qui nécessite un travail méticuleux pour atténuer les effets de l’incendie et empêcher qu’il ne mette en danger l’écosystème.

Rafael Delgado assure que, grâce à la capacité organisationnelle de la brigade, celle-ci a pu faire face à des situations d’urgence qui auraient pu se terminer par des catastrophes. “Cette colline brûle constamment et les activités de lutte contre l’incendie exigent un niveau de difficulté élevé en raison de son extension et de son expansion, mais nous sommes prêts à atténuer ces situations et à donner une tranquillité d’esprit à la communauté”, dit-il.


Sur le territoire indigène. Le territoire indigène de Cabagra est situé dans les districts de Buenos Aires et de Potrero Grande, dans le canton de Buenos Aires, province de Puntarenas. Il a été officiellement créé en tant que territoire indigène par le décret exécutif n° 13.571-G du 30 avril 1982.

Elle couvre une superficie de 27 860 hectares et se compose des communautés suivantes Cartago, Mollejones, Yuavin, Santa Elena, Calderón, Bidyan, Las Delicias, San Juan, Ska Dikol, Bajo Brisas, Alto Brisas, Konyuo, Bolas, Las Juntas, Brazo de Oro, San Rafael, Tsane Dikol, Las Palmas, Las Huacas, Santa Teresita, Capri et Palmira. Elle compte une population totale de 3 188 habitants (1 595 hommes et 1 593 femmes).

Cabagra a été créé par des indigènes de Talamanca qui ont utilisé la chaîne de montagnes comme zone de transfert. Au fil du temps, elle s’est composée des villes connues aujourd’hui sous les noms d’Ujarrás, Salitre et Cabagra.

Dernières nouvelles