et-loader

Le requin cessera d’être une espèce exploitable au Costa Rica.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

La première chambre a abrogé le décret de l’administration précédente (Solís Rivera) qui définissait les requins dans les eaux costariciennes comme des espèces exploitables qui a été publié le 28 avril 2017. Cette décision garantit la protection des espèces de requins costaricains, généralement mariés par leur palmes et parfois commercialisé sous le nom de “Pez Bolillo”

Par la résolution 2020-002005, la première chambre a déclaré un appel en cassation formé par la Fundación MarViva contre le décret exécutif n ° 40379-MINAE-MAG.

Le décret a instauré une réforme de la réglementation de l’autorité administrative et des autorités scientifiques de la Convention internationale sur le commerce des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES), un traité international ratifié par le Costa Rica, dont l’objectif est de réglementer le commerce international des animaux et plantes sauvages menacés.

Cette décision a exclu les possibilités de participation des secteurs environnemental, universitaire et de la société civile, réduisant ainsi la possibilité de pondérer les demandes du secteur avec des critères scientifiques et de conservation.

La résolution de la première chambre ordonne la nullité dudit décret, ainsi que de tous les actes et actions connexes dérivés de ladite réforme, tels que la liste des espèces d’intérêt pour la pêche préparée par Incopesca sur la base des annexes CITES, et les avis extraction non préjudiciable (DENP), délivrée pendant la période de validité du décret.

Dernières nouvelles