et-loader

Le président et les ministres factureront 15% de moins par mois à compter d’aujourd’hui.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Ce mercredi 19 août, le journal officiel La Gaceta publie le décret exécutif, signé par Carlos Alvarado, président de la République, et Elián Villegas, ministre des Finances, qui officialise une réduction, équivalente à 15% de sa journée de travail, du salaire qui deviennent les vice-présidents et ministres de cette administration.

La disposition s’applique à partir de cette seconde quinzaine d’août. Cette mesure a été annoncée par le président le jeudi 7 août comme l’une des actions du gouvernement pour se joindre aux sacrifices et aux efforts consentis par les Costaricains lors de l’urgence provoquée par le COVID-19.

Les vice-présidents et les ministres seront déduits de leur salaire l’équivalent de 15% de leur temps de travail “à titre de contribution de solidarité et volontaire en raison de la situation économique du pays”, détaille le décret n ° 42519-H.

«(…) Les vice-présidents de la République et les ministres de l’administration actuelle se sont engagés à déduire volontairement du salaire qu’ils accumulent l’équivalent d’une éventuelle réduction de la journée de travail de 15%; cependant, ladite retenue salariale ne s’accompagnera pas d’une réduction des heures de travail des hiérarchies. Ceci en tant que proposition de contribution de solidarité compte tenu des difficultés financières auxquelles le pays est confronté et à l’occasion de l’état d’urgence dû au COVID-19 », explique le document officiel.

Le Trésor national, une dépendance du ministère des Finances, sera chargé de déposer ces sommes dans le Fonds unique de l’État à titre de don, ajoute l’article 1 du décret exécutif.

Aussi, le Trésor National est autorisé à procéder aux ajustements nécessaires dans les systèmes de paiement afin de répondre à la demande des hiérarchies.

La provision sera maintenue jusqu’au 31 décembre 2020, avec possibilité de prolongation, précisée dans le troisième des articles du décret.

Avec cette décision demandée par la hiérarchie, cette Administration est cohérente avec les multiples actions engagées pour réduire les dépenses et utiliser correctement les ressources publiques dans cette crise.

«Que dans l’état d’urgence national dû au COVID-19, l’économie costaricienne a été affectée, en particulier par sa baisse et l’augmentation du déficit budgétaire prévu. Pour cette raison, les différentes instances du pouvoir exécutif travaillent d’arrache-pied à la stabilité de l’économie et à l’amélioration de sa reprise dans le contexte actuel généré par la pandémie et pour faire face à l’impact économique causé par le cadre d’urgence actuel », ajoute le décret dans son récitals.

Dernières nouvelles