et-loader

Le gouvernement réitère aux étrangers que s’ils quittent le pays pendant l’urgence nationale, toutes les garanties précédentes seront perdues et ils ne pourront pas rentrer

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Le ministre de la Sécurité publique, Michael Soto Rojas, a annoncé que les mesures d’immigration dureront jusqu’au 30 avril et que cette disposition se poursuivra jusqu’à la fin de l’urgence nationale pour le coronavirus COVID-19, tout en rappelant que les étrangers qui partent Le Costa Rica ne peut pas rentrer sur le territoire national.

La hiérarchie a indiqué lors d’une conférence de presse cette demi-journée qu’en cas de détection d’une personne tentant d’entrer illégalement sur le sol costaricien, elle perdrait son statut habituel dans le pays et serait rejetée. “Nous voulons réitérer le message de ne pas quitter le Costa Rica et de respecter les mesures que le gouvernement de la République a ordonnées”, a déclaré le ministre.

“Il s’agit d’une ligne directrice qui vise à protéger la santé publique des citoyens pour éviter toute nouvelle contagion due au coronavirus COVID-19, collaborons avec les mesures, faisons notre part et respectons le décret émis par le président de la République”, a-t-il ajouté. la hiérarchie.

En outre, il a rappelé aux Costariciens que ceux qui quittent le pays et rentrent sur le territoire national, se verront appliquer une ordonnance d’isolement sanitaire pendant 14 jours et a averti que le non-respect de cette ordonnance entraîne une amende de salaire de base (450200 ₡).

Le ministre Soto Rojas, a souligné que l’entrée de touristes ou de personnes sans domicile dans le pays n’est pas autorisée et a noté que le ministère de la Sécurité publique avait plus de personnel pour surveiller les frontières, en particulier dans la partie nord du Costa Rica déplacé une ressource importante à ladite frontière.

“Cela permettra un meilleur contrôle des déplacements des personnes qui ont l’intention de quitter le pays, ainsi que des étrangers qui tentent de violer la fermeture actuelle des frontières décrétée par le gouvernement costaricien”, a souligné le chef de la sécurité publique.

Et il a conclu que les officiers collaboreront à l’examen des différents véhicules de transport public qui se dirigent vers les postes de Peñas Blancas à La Cruz, Guanacaste, ainsi que Tablillas de Los Chiles, Alajuela.

Dernières nouvelles