et-loader

Le gouvernement continue d’opter pour plus d’impôts malgré le rejet généralisé dans le pays.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Insistant sur l’emprunt pour payer ses emprunts, le gouvernement central continue de miser sur le prêt de 1,7 milliard de dollars avec le FMI, le gouvernement a refusé de proposer une meilleure alternative. Si le plan actuel est maintenu et adopté, le gouvernement 75% des recettes proviendrait des impôts et seulement 25% des économies et des réductions des déchets de l’État.

À travers un message au public diffusé sur une chaîne nationale de radio et de télévision, le gouvernement a expliqué au Costa Rica la nécessité de parvenir à un accord avec le Fonds monétaire international (FMI) car le coup dur de la pandémie dans notre économie a causé une forte baisse des revenus de l’État pour faire face à ses obligations.

«Pour se faire une idée, en 2020, les revenus ont chuté de 1,2 billion de colones. C’est 4 fois le budget total du ministère des Travaux publics et des Transports (MOPT) », détaille le message diffusé ce soir.

Prendre des décisions en ce moment est urgent. «Mais si nous ne faisons rien, les conséquences pour le pays seront très dramatiques. Déjà dans les années 80, nous vivions une crise due à des problèmes d’endettement, un produit de ne pas prendre ces décisions difficiles à temps », a ajouté le message.

Dans cette crise, le prix du dollar a été multiplié par cinq – il est passé de 8 ¢ à 40 ¢ -, le taux de chômage a doublé et la pauvreté a atteint 54% des ménages du pays. “L’impact était bien plus important que celui de n’importe quelle taxe”, souligne-t-il.

Le Costa Rica est à un point critique, mais il est encore possible de redresser la route. «Le Costa Rica ne devrait pas et ne peut pas répéter cette histoire. Bien que cela nécessite des décisions difficiles, la bonne nouvelle est qu’il est possible d’éviter une nouvelle crise, en prenant des décisions responsables avec un accord équilibré pour accéder aux fonds du FMI », assure l’information.

Dernières nouvelles