Le délice de Noël le plus attendu: le Tamal

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Goût délicieux, tradition millénaire, produit bon pour la santé et cohésion familiale… tellement de choses qu’apportent nos chers tamales!

Noël arrive et avec lui le mets exquis de fin d’année: le tamal. Même si on le mange à d’autres moments de l’année, le mot tamal rime avec Noël. En effet, dans plusieurs pays d’Amérique latine, dont le Costa Rica, le tamal a un rôle central pendant ces fêtes de fin d’année.

Qu’on l’appelle hallaca, humita, pastel, envuelto ou tamal dans différents pays du continent américain, tous ont la même origine pré-colombine. Le “tamal muet”, sans garniture, était une partie de l’alimentation de tous les jours des aztèques, qui élaboraient aussi des tamales farcis de graines moulues, de piments, de viande d’oiseaux sauvages et de tomate, comme offrande pendant la cérémonie consacrée au dieu Soleil.

En plus d’être un élément important dans des contextes festifs, en raison de ses apports nutritionnels et à sa facilité de transport et de stockage, le tamal se consolida aussi comme un élément clef de la gastronomie costaricienne.

Les ingrédients et les moments de dégustation des tamales a évolué au fil du temps. En effet, l’arrivée des espagnols et l’adoption du porc dans l’alimentation des costariciens modifia la recette originale des tamales, transformant celui au porc en le plus typique.

La tamaleada (acte de se réunir en famille pour faire des tamales à Noël) a aussi acquis une importance spéciale au sein des familles costariciennes à Noël au travers des années. En effet, cette tradition familiale propre de décembre implique tant les grands-parents comme les petits-enfants, ainsi que les oncles et tantes et les cousins. C’est un moment de cohésion, socialisation et union familiale que beaucoup de foyers conservent.

Cependant, entre autres, en raison d’un manque de temps, du fait que faire tant de tamales est fatiguant ou de la croyance de beaucoup que les tamales font grossir, cette tradition disparaît peu à peu.

Il est vrai qu’il y a de plus en plus d’entreprises qui se dédient à l’élaboration de tamales afin de “soulager” les familles dans leurs préparatifs de Noël, ou que selon la quantité de saindoux avec laquelle ils sont faits, les tamales ne seront pas aussi sains qu’ils pourraient l’être. Cependant, il ne faut pas laisser cette belle partie de la culture costaricienne disparaître.

C’est pour ça que nous vous invitons à élaborer la pâte de la façon la plus saine, à vous réunir en famille pour prendre le temps de profiter de l’élaboration de ce mets exquis de Noël.
Il ne vous reste plus qu’à déguster les tamales avec un bon café ou agua dulce! Joyeux Noël!

Dernières nouvelles