et-loader

Le Costa Rica recevra 60 millions de dollars de la Banque mondiale pour ses efforts forestiers face à la crise climatique

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Le Costa Rica a signé aujourd’hui un accord qui lui permettra de recevoir 60 millions de dollars au cours des cinq prochaines années, en reconnaissance de la protection des forêts et de la réduction des émissions réalisée par des milliers de familles, de communautés et d’entités publiques propriétaires de terres forestières.

Les fonds proviennent de l’Accord sur le paiement des réductions d’émissions avec le Fonds coopératif pour le carbone dans les forêts, connu sous le nom d’ERPA (Accord d’achat de réduction des émissions, pour son acronyme en anglais) entre le gouvernement du Costa Rica et le Fonds coopératif pour le carbone des forêts (FCPF) qui est administré par la Banque mondiale.

Cela a été annoncé par la Banque mondiale aujourd’hui lors d’un événement à Bruxelles au cours duquel elle a révélé les pays qui recevront un financement du Fonds. Au Costa Rica, le ministre de l’Environnement et de l’Énergie, Andrea Meza Murillo, a signé l’accord qui permet au pays d’accéder à l’argent.

L’ERPA met en place un financement non remboursable – pour un montant total de 60 millions de dollars qui sera payé en trois tranches – pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre générées par les actions menées par le Costa Rica en matière d’entretien et de protection des forêts.

Ces fonds iront aux particuliers et aux organisations qui possèdent des terres forestières et qui souhaitent volontairement participer au programme. L’accord profitera particulièrement aux populations clés telles que les territoires autochtones avec des forêts et des groupes organisés de femmes et de jeunes qui mènent des actions de conservation mais qui, en raison de leurs conditions, ne sont pas propriétaires de la terre. Cela vise à accroître la participation des acteurs clés à la réduction des émissions de CO2.

Le président de la République, Carlos Alvarado, a indiqué que ces fonds sont destinés à générer un avantage particulier pour les populations clés telles que les territoires autochtones avec des forêts, ainsi que pour les groupes organisés de femmes et de jeunes qui mènent des actions de conservation, mais qu’en raison de leurs conditions, ils ne le font pas. ils possèdent la terre.

Le paiement des 60 millions de dollars sera effectué en trois tranches et en reconnaissance de la capture de 12 millions de tonnes d’équivalent dioxyde de carbone. Les tracts sont projetés comme suit:

  • Premier paiement en 2021, pour 3,4 millions de tonnes de tCO2e captées entre 2018 et 2019.
  • Deuxième paiement en 2022, pour 3,4 millions de tonnes de tCO2 captées entre 2020 et 2021.
  • Troisième paiement en 2025, pour 5,2 millions de tonnes de tCO2 captées entre 2022 et 2024.

Dernières nouvelles