et-loader

Le Costa Rica propose une réduction de 34% des salaires des administrateurs de la CABEI

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email
  • Le pays présentera cette motion au prochain Conseil des gouverneurs de l’organe régional qui se tiendra le 3 septembre.

Le gouvernement du Costa Rica proposera à l’Assemblée générale des gouverneurs de la Banque centraméricaine d’intégration économique (CABEI) un ajustement de la rémunération des membres du Conseil d’administration de cette entité, afin d’être en accord avec les réalités de ses pays membres et avec la situation actuelle de la nouvelle pandémie de coronavirus.

Le gouverneur du Costa Rica devant CABEI, le ministre de la Planification et de la Politique économique, Pilar Garrido, sur instruction du président Carlos Alvarado, présentera à l’Assemblée générale de cet organe, le 3 septembre, une motion visant à réduire d’environ 34% la rémunération des administrateurs représentant la Banque.

«J’ai proposé aux présidents des pays représentés au CABEI, suite aux efforts consentis depuis juillet 2018, la réduction de la rémunération perçue par les administrateurs de chaque pays devant cette instance. La décision sera connue la semaine prochaine lors d’une réunion des gouverneurs », a déclaré le président Alvarado.

La rémunération d’un directeur de la CABEI est exonérée d’impôt sur le revenu et de charges sociales et est plusieurs fois supérieure à celle d’un ministre des finances ou du secrétaire aux finances de la zone, malgré le fait que leurs responsabilités sont nettement moindres.

Le Gouvernement de la République est convaincu que ces distorsions doivent être corrigées, qui constituent un risque évident et une incohérence avec les principes et les objectifs de la création de la Banque. La crédibilité de cette institution importante et ses politiques publiques en faveur du bien commun ne doivent pas être délégitimées par une rémunération disproportionnée par rapport aux critères de sélection, aux responsabilités des directeurs et aux conditions socio-économiques de la région. “Dans une région où les besoins sont si grands et en période de pandémie, nous devons donner un message d’austérité dans l’utilisation des ressources du peuple centraméricain”, a ajouté le président.

Le Costa Rica espère qu’il aura l’appui de tous les gouvernements pour approuver cette motion. Aujourd’hui plus que jamais, les peuples des pays partenaires du CABEI ont besoin de démonstrations concrètes qui font preuve de clarté face aux défis et défis imposés par la reprise économique et sociale du fait de la pandémie.

Dernières nouvelles