et-loader

Le Costa Rica participe à une réunion mondiale pour rechercher des solutions scientifiques et technologiques au COVID-19

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Ce lundi, le ministre des Sciences, de la Technologie et des Télécommunications (MICITT), Luis Adrián Salazar Solís, a participé au dialogue ministériel virtuel avec 79 ministres et 200 représentants d’organisations internationales, scientifiques et délégations convoqués par le Directeur général de l’UNESCO.

Le but de la réunion était de fournir une plate-forme de dialogue pour partager les expériences et les enseignements tirés entre différents pays sur la pandémie de COVID-19 et comment la science fondée sur des preuves contribue à la prise de décision.

Cette réunion ministérielle et l’appel à un pacte mondial associé pour la science ouverte et la collaboration scientifique internationale visent à réaffirmer le rôle essentiel de la science dans la maîtrise de la pandémie et la préparation de l’avenir.

Le Costa Rica a souligné la nécessité de contribuer aux actions mondiales dans leur ensemble pour lutter contre cette pandémie, en mettant particulièrement l’accent sur l’initiative présentée par le Président de la République, Carlos Alvarado, à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui nécessite un effort immédiat améliorer l’accès aux technologies permettant la détection, la prévention, le contrôle et le traitement des pandémies.

«Le Costa Rica a exprimé son engagement et sa solidarité avec le monde. Nous sommes convaincus que pour trouver des solutions, nous devons travailler ensemble. Cette pandémie nous oblige à rechercher des solutions innovantes pour faire les choses différemment et de manière exceptionnelle “, a déclaré Luis Adrián Salazar Solís, ministre du MICITT.

Il a ajouté que “notre pays fait la différence pour son talent humain, nous sommes des spécialistes dans le développement de dispositifs médicaux qui sont actuellement essentiels dans toutes les régions du monde.”

La création d’une base de données axée sur la recherche et le développement liés aux activités COVID-19, y compris les coûts estimatifs des essais cliniques et des subventions fournies par les gouvernements et les organismes de bienfaisance, a également été suggérée. Cela devrait être un référentiel d’accès gratuit, ou au moins, avec une licence raisonnable et abordable de toutes les connaissances existantes qui servent à faire face à cette urgence.

La pandémie de COVID-19 nous présente, en tant que communauté internationale, un défi économique et sanitaire sans précédent, qui nous oblige à rechercher des solutions innovantes et à faire ensemble des choses différentes et exceptionnelles.

Dernières nouvelles