et-loader

Le Costa Rica assume la présidence de la CEPALC

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Le Costa Rica a inauguré ce lundi la cérémonie de la 38e session de la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC), en assumant la présidence pro tempore pour la période 2020-2021, pour une période de deux ans.

Le responsable du gouvernement costaricien a déclaré: “Nous avons assumé cette présidence avec beaucoup d’enthousiasme et nous nous engageons à promouvoir le mandat de cette Commission, en tenant compte des principes de coopération internationale, de solidarité et de promotion des droits de l’homme, sans laisser personne de côté.”

Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, était également présent à la séance d’ouverture; le Secrétaire général de l’Organisation pour la coopération et le développement, Angel Gurría; la directrice générale du Fonds monétaire international, Kristalina Georgieva; la Vice-Secrétaire générale des Nations Unies, Amina Mohammed; la Secrétaire exécutive de la CEPALC, Alicia Bárcena; et le Ministre des affaires étrangères du Costa Rica, Rodolfo Solano.

Dans son discours, qui a duré 16 minutes, le président Carlos Alvarado a évoqué les impacts du COVID-19 dans le monde, qui ont encore exacerbé les inégalités et la pauvreté, ainsi que la dette élevée et la rareté de l’espace budgétaire qui ils limitent les possibilités pour les États de répondre de manière adéquate à la crise sanitaire et d’investir en temps opportun pour soutenir les populations les plus touchées.

Dans ce contexte, il a évoqué la nécessité de renforcer et d’universaliser nos systèmes de santé, appelant à un «Plan mondial» qui nous permettrait, grâce à une réponse multilatérale coordonnée, de nous remettre de la pandémie et de ses conséquences.

Il a également demandé un soutien international pour les initiatives promues par le Costa Rica telles que le Répertoire pour l’accès aux technologies contre le COVID-19 (C-TAP) et le Fonds pour l’allègement de l’économie du COVID-19 (FACE).

En réponse à leur appel, Angel Gurría et Alicia Bárcena ont souligné l’importance de la proposition FACE, qui vise à fournir aux pays en développement les fonds nécessaires pour faire face aux impacts socio-économiques de la pandémie sur l’économie et les populations, en termes de concessionnel et solidaire.

“Merci, Monsieur le Président, pour cette initiative qui nous rappelle le principe des responsabilités réciproques entre le monde développé et les pays en développement”, a déclaré Bárcena, Secrétaire exécutif de la CEPALC.

Dernières nouvelles