et-loader

Le Costa Rica a fait la première application de plasma contenant des anticorps à un patient Covid19

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

La Caisse costaricienne de sécurité sociale (CCSS) a fait la première application de plasma de convalescence à un patient positif pour COVID-19, confirmé lundi par le Dr Román Macaya Hayes, président exécutif de l’institution.

La hiérarchie a expliqué que la procédure a été réalisée au Centre de soins spécialisés aux patients avec COVID-19 (CEACO), situé à CENARE, sur un patient de 37 ans, résident de La Cruz à Guanacaste.

Selon le Dr Roberto Aguilar Tasara, directeur de CENARE / CEACO, la première dose de plasma convalescent a été placée samedi et la deuxième dose a été administrée hier.

L’hôpital le rapporte ce lundi avec une bonne évolution clinique.

PLASMA CONVALENCIENTE

Le plasma convalescent est obtenu d’une personne déjà récupérée de COVID-19, qui est ensuite utilisée comme traitement par perfusion chez un nouveau patient atteint du virus actif.

À ce jour, 25 donneurs ont été recensés à la Banque nationale de sang, dont 61 sacs de plasma convalescent ont été obtenus. Un à trois sacs peuvent être obtenus auprès de chaque donneur avec chaque don.

Le Dr Sebastián Molina Ulloa, microbiologiste, spécialiste en immunohématologie à la Banque nationale du sang, a expliqué que les anticorps agissent comme une barrière contre le virus, aidant le patient à récupérer.

Le spécialiste a déclaré que les immunoglobulines ou anticorps sont des protéines vitales qui remplissent une grande variété de fonctions et influencent l’équilibre du système immunitaire et se trouvent dans le plasma des personnes.

Dans ce cas, le plasma convalescent sera utilisé comme traitement pour les patients COVID-19 qui ont une condition grave ou critique, avec moins de 14 jours d’hospitalisation et qui répondent aux critères pour recevoir un traitement.

Molina Ulloa a expliqué que chaque patient qui en aurait besoin recevra une application de plasma en deux doses équivalentes à un sac de 200 millilitres chacune. Elle se fera par transfusion avec un décalage horaire de 24 heures entre chaque dose.

Il a ajouté que les anticorps qui peuvent être transfusés par le plasma auront une permanence temporaire chez les patients et diminueront au fur et à mesure qu’ils travailleront jusqu’à ce qu’ils disparaissent, c’est pourquoi le plasma est un traitement et non un remède contre le virus.

Le plasma convalescent peut prendre jusqu’à un an à utiliser, a déclaré la microbiologiste Molina.

Dernières nouvelles