et-loader

Le CCSS traite les soins aux patients par COVID19

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

La Caisse costaricienne de sécurité sociale (CCSS) assure le traitement des personnes qui fréquentent les services de santé avec des symptômes de la maladie COVID-19 et d’autres infections respiratoires selon les directives de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a rapporté le médecin Daniel Quesada, directeur du Center for Attention to Emergencies and Disasters (CAED).

Pour sa part, la Dre Angélica Vargas Camacho, chef du département médicaments de la Direction de la pharmacoépidémiologie, a déclaré que l’institution connaît cette pathologie et n’a pas besoin d’autres médicaments en plus de ceux figurant sur la liste officielle du CCSS. “Il y a un approvisionnement suffisant pour l’approche des patients.”

Le Dr Marco Vinicio Boza Hernández, médecin spécialiste en soins intensifs et médecine interne a indiqué que “la seule chose que l’institution n’offre pas pour le moment, ce sont les médicaments expérimentaux qui sont développés et testés dans le monde sans être certain de leur utilité jusqu’à présent. ”

Le spécialiste a expliqué que la maladie COVID-19 se manifeste par trois scénarios cliniques. “Le premier scénario est le patient présentant des symptômes de grippe, son traitement est fait de fièvre, douleur, toux et nez bouché.” D’après ce que l’on sait jusqu’à présent du comportement de la maladie COVID-19, “80 pour cent présentent des symptômes et des signes de grippe”, a déclaré le médecin.

Le médecin a expliqué que le deuxième scénario “concerne des personnes qui développent une pneumonie et de ce groupe, 15% des personnes infectées ont une pneumonie causée par le virus”. “Cette pneumonie n’a pas de traitement spécifique, mais elle est gérée dans les hôpitaux avec des sérums pour la réhydratation, avec des médicaments pour la fièvre et la douleur et, dans un très faible pourcentage, avec des antibiotiques lorsqu’il y a des bactéries qui se lient au virus dans la pneumonie”, a-t-il expliqué. le spécialiste.

Concernant le troisième scénario, Boza a indiqué, “nous avons 5% des personnes infectées qui vont être gravement malades et doivent être admises dans des unités de soins intensifs, où des équipes professionnelles multidisciplinaires les traiteront avec des ventilateurs pulmonaires mécaniques, une thérapie de remplacement rénal et médicaments, pour normaliser le fonctionnement du cœur et de la circulation. ”

Le Dr Boza a souligné que la population présentant le risque le plus élevé de développer une pneumonie en raison de ce nouveau coronavirus était les personnes âgées et celles souffrant de maladies cardiovasculaires, d’hypertension, de diabète, de problèmes respiratoires (asthme et maladie pulmonaire obstructive), entre autres. En ce sens, il a rappelé qu’ils doivent prendre des mesures extrêmes de leurs soins de santé tels que: se laver les mains, tousser et éternuer, ne pas s’approcher des personnes qui ont des symptômes respiratoires, éviter le contact direct avec les salutations ou ne pas toucher la bouche, le nez ou les yeux.

Et en cas de présentation d’une infection respiratoire, consultez un médecin si vous avez une fièvre supérieure à 38 degrés centigrades, une toux, un essoufflement ou un essoufflement, une sensation de poitrine serrée ou de sifflement, une décompensation de la maladie. De plus, chez les personnes âgées, les soignants doivent observer s’ils ont des chutes désorientées ou excessives.

Dernières nouvelles