et-loader

Le CCSS appelle aux soins et à la prévention pour éviter la saturation des systèmes de santé.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Le président exécutif de la Caisse costaricienne de sécurité sociale (CCSS), Román Macaya Hayes, a demandé aux Costaricains de ne pas relâcher les mesures de protection contre le COVID-19 et de vivre un Noël en toute sécurité.

Cette annonce a été faite après avoir annoncé, lors d’une conférence de presse ce mardi, que les personnes qui sont hospitalisées souffrent jusqu’à huit maladies différentes et que cela aggrave la situation dans les centres de santé.

«Ce que nous voyons dans les hôpitaux est grave, ce mardi 1er décembre, nous avons 555 personnes hospitalisées avec le covid-19, dont 335 sont en classe et 220 en soins intensifs (USI), et bien que l’institution dispose de 314 lits activés en soins intensifs, tous ne sont pas destinés aux cas critiques et cela signifie que nous ne sommes qu’à huit patients d’atteindre la capacité de lit critique actuelle et à 8 autres dans une éventuelle expansion maximale », a expliqué le Dr Macaya.

Les lits des services de soins intensifs sont divisés en lits critiques, qui sont ceux qui ont un soutien technique et des talents humains spécialisés tels que des intensivistes, des inhalothérapeutes, des infirmières qualifiées et d’autres profils spécialisés pour faire face à toute maladie, et des lits graves qui sont ceux qui Ils ne disposent pas de toutes ces ressources d’équipement et de soutien professionnel pour soigner les patients très gravement malades.

«Nous sommes alarmés par le fait que les patients qui arrivent dans les hôpitaux sont des utilisateurs plus compliqués, avec des maladies chroniques plus complexes, et cela devient de réelles menaces. En termes de lits critiques, il y a 99 occupés et 121 personnes dans des lits sévères, mais que si huit critiques supplémentaires sont compliquées ou arrivent, la capacité actuelle sera atteinte », a déclaré le Dr Macaya.

Le hiérarque insiste sur le renforcement de la «Safe Family» et la protection extrême des personnes présentant des facteurs de risque tels que les diabétiques, les hypertendus, l’asthme, l’obésité et les maladies cardiaques.

«Ce décembre est très différent de celui des années précédentes. Il y a un an, nous n’avions pas la menace de la pandémie sur notre radar, mais aujourd’hui, le SRAS-CoV-2 est parmi nous et nous devons prendre soin les uns des autres. Nous ne devons pas baisser la garde en ce qui concerne le lavage des mains, l’utilisation d’un masque, la distance de deux mètres et la bonne façon de tousser ou d’éternuer.

Le CCSS continue de se battre pour obtenir des équipements de protection individuelle, des vaccins et pour avoir les espaces physiques et les ressources pour s’occuper des Costaricains qui ont besoin des services de l’institution, mais c’est une responsabilité partagée et c’est pourquoi le Fonds insiste pour ne pas participer. des événements de masse, n’organisez pas d’activités telles que les anniversaires, les fêtes de naissance ou les réunions de famille qui mettent en danger les groupes à risque.

«Nous devons réfléchir aux patients qui ne devraient pas tomber malades du covid-19. Nous les mentionnons, mais c’est à chaque famille de prendre soin d’eux, de les protéger et de prendre des mesures extrêmes avec eux et avec eux », a conclu Román Macaya Hayes.

Dernières nouvelles