et-loader

Le budget pour 2021 réduit de 5,3% des dépenses primaires.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Le pouvoir exécutif a présenté cet après-midi le projet de loi de finances pour l’exercice 2021, avec une baisse historique de 368,6 milliards de ¢ (-5,3%) des dépenses primaires, c’est-à-dire hors intérêts et amortissements, passant de 6 959,1 milliards de ¢ dans le budget actuel 2020 à 6 590,5 milliards de ¢ pour 2021.

Pour la préparation de ce projet, les ajustements nécessaires ont été apportés, afin de respecter l’engagement de protéger la situation fiscale du pays responsable, tout en continuant à fournir à la population des biens et services publics essentiels.

Une réduction importante des dépenses pour 2021 se traduit par l’application de la règle budgétaire, qui fixe une limite à la croissance des dépenses courantes (salaires, locations, déplacements, services, fournitures de bureau, entre autres), mais permet la croissance des dépenses en capital; le tout dans le but de réduire le déficit budgétaire au fil du temps.

Selon cette règle, d’ici 2021, les dépenses courantes pourraient atteindre 4,13%. Mais dans le projet présenté aujourd’hui à l’Assemblée législative, la limite de croissance a été fixée à 0,77%, si l’on compare les dépenses actuelles du projet par rapport aux dépenses courantes du projet. les dépenses courantes du budget initial 2020, démontrant ainsi les efforts du gouvernement pour réduire les dépenses publiques. Si cette comparaison est faite avec le budget actuel 2020, les dépenses courantes du projet envoyé ne présentent aucune variation.

Pour la première fois, le projet de budget présenté comprend les 50 organes décentralisés de l’administration centrale, conformément à la loi 9524 («Renforcement du contrôle budgétaire des organes décentralisés de l’administration centrale»). Cela réduira la fragmentation de l’État, améliorera les contrôles des dépenses publiques, ainsi que la coordination, la planification et l’exécution dans les institutions cette année et les années suivantes.

Compte tenu de cette prise en compte des décentralisés, le projet de budget du gouvernement de la République pour l’année prochaine s’élève à 11,4 milliards de ¢, (31,9% du PIB). Sur ce montant, 45,1% seront financés par les impôts et les nouveaux revenus résultant de l’incorporation des budgets de ces entités dans le budget national. Le montant restant (54,9%) provient du financement par emprunt.

Dernières nouvelles