et-loader

La présidence demande au FMI un accord de 3 ans pour financer 1,75 milliard de dollars

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Le président de la Banque centrale, Rodrigo Cubero, et le ministre des Finances, Elian Villegas, ont adressé une lettre à la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Mme Kristalina Georgieva, pour demander l’ouverture des négociations en vue d’un accord d’assistance financière pour 3 ans dans le cadre d’un instrument de service élargi, pour un montant d’environ 1 750 millions de dollars.

Cet accord permettrait de répondre aux besoins d’appui budgétaire et de balance des paiements. “L’accord fournirait un point d’ancrage politique pour nos plans d’assainissement budgétaire pour la période nécessaire pour réaliser un excédent primaire et placer la dette sur une trajectoire clairement descendante”, indique la lettre. Il ajoute que “ceci, à son tour, est nécessaire pour assurer une reprise économique vigoureuse après la pandémie et une plus grande trajectoire de croissance économique à moyen terme”.

Selon les données de la Banque centrale, le produit intérieur brut (PIB) diminuera de 5% cette année, en raison de la crise provoquée par la pandémie, avec une reprise progressive à partir de 2021. Il est prévu que la forte baisse des revenus budgétaires en résulte La crise entraînera un déficit budgétaire de plus de 9% du PIB cette année, et la dette du gouvernement central atteindra près de 70% du PIB.

“Cet accord à moyen terme avec le FMI fournirait des ressources importantes au gouvernement central dans des conditions favorables et permettrait l’accès à des ressources financières supplémentaires par les organisations financières internationales”, a déclaré le ministre Villegas.

M. Cubero, Président de la Banque centrale, a déclaré que «cet accord apporterait également un sceau de confiance dans le cadre des politiques macroéconomiques et dans les efforts d’assainissement budgétaire du gouvernement du Costa Rica, ce qui permettrait à son tour de parvenir à de meilleures conditions. financement sur les marchés nationaux et internationaux et renforcer la trajectoire de la croissance économique à moyen terme ».

Enfin, Pilar Garrido, coordinateur de l’équipe économique, a indiqué que «cet accord est essentiel dans le cadre de la voie de l’assainissement budgétaire pour donner aux investisseurs l’assurance que nous prendrons toutes les mesures nécessaires, de manière responsable et technique, pour permettre une croissance potentielle. inclusif et durable ».

Dernières nouvelles