et-loader

Intégration historique de toutes les forces de police pour protéger les frontières contre COVID-19

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

“Pour la première fois dans l’histoire, tous les organes travaillent ensemble dans un objectif commun”, a déclaré le ministre de la Sécurité publique, Michael Soto, qui rapporte que depuis ce matin, des enquêteurs de l’Agence d’enquête judiciaire (OIJ) se sont rendus dans le Frontière Nord et Sud pour rejoindre le travail de protection des zones frontalières mené par les différentes forces de police.

“Nous savons que les circonstances y sont vraiment compliquées”, a déclaré la hiérarchie, soulignant l’esprit patriotique qui a motivé le personnel de l’OIJ à collaborer dans la situation difficile actuelle. Vous nous motivez à continuer à faire face à un événement atypique comme celui que nous vivons », a-t-il souligné.

L’OIJ a précisé qu’environ 600 agents de cette entité auxiliaire des tribunaux pénaux et du ministère public soutiendront à tour de rôle – par voie aérienne, terrestre et maritime – les officiers de police des forces publiques, des migrations, des frontières, de la surveillance aérienne, des garde-côtes et Transit.

Depuis le 19 mars, ces forces de police gèrent l’opération Safe Borders 24 heures sur 24, dans le contexte de l’urgence provoquée par la pandémie provoquée par Covid-19.

Le directeur de l’Agence, Walter Espinoza, a souligné et remercié les chercheurs de l’OIJ pour leur volonté de servir leur pays. “La police est présente lorsque la société l’exige au-dessus des intérêts individuels ou collectifs et que vous allez travailler ensemble dans cette opération historique qui nous fait nous sentir représentés”, a-t-il déclaré.

Il a souligné que “vous n’êtes pas ici parce que vous obéissez à une directive, mais représentez le sentiment de nombreux et nombreux collègues qui ont demandé à la direction générale adjointe l’autorisation de participer à cette journée nationale, montrant leur patriotisme”.

Les magistrats de la Cour suprême de justice sont convenus à l’unanimité d’approuver la participation des enquêteurs judiciaires aux travaux de contrôle des frontières, jusqu’au 11 mai avec possibilité d’extension en fonction de l’évolution de la pandémie, demandée par le directeur général de l’OIJ en représentation des agents.

Ce matin, le vice-président de la République et coordinateur de la ceinture de développement de la zone nord, Epsy Campbell, s’est rendu avec le ministre de la Sécurité publique, Michael Soto, au poste frontière de Las Tablillas pour superviser le travail dans les opérations qui ont lieu dans la région. .

Auparavant, la hiérarchie a remercié l’Agence d’enquête judiciaire pour son soutien dans la réponse d’urgence au coronavirus COVID-19. “Je remercie profondément ce groupe d’hommes et de femmes courageux qui, au lieu de rester chez eux, ont dit oui à la patrie à un moment où ils en avaient besoin.”

«Les officiers de l’OIJ rejoindront six autres forces de police pour protéger la sécurité nationale et la santé des personnes qui vivent dans ce pays. Cette opération et ses résultats sont sans précédent dans l’histoire récente. Nous n’avons jamais gardé nos frontières auparavant comme nous le faisons maintenant », a ajouté le vice-président Campbell Barr.

Dernières nouvelles