et-loader

De nouvelles mesures sont en préparation pour réguler les transports publics pendant la pandémie.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Le gouvernement de la République coordonne les efforts institutionnels pour assurer la continuité du service public aux utilisateurs, pendant et après l’urgence provoquée par Covid-19.

Les mesures ont été prises par le Ministère des travaux publics et des transports (MOPT), le Conseil des transports publics (CTP) du MOPT, l’Institut national des assurances (INS) et l’Autorité de régulation des services publics (ARESEP).

“Rappelons-nous que le transport est un service public, et en tant que tel doit être garanti par l’Etat, d’où l’importance de ces mesures, pour que les gens aient ce service assuré”, a expliqué la Première Dame, Claudia Dobles, qui promeut le renforcement des transports publics.

Pour le mode bus. Le MOPT et le CTP s’efforcent d’apporter d’éventuels ajustements aux modalités et modalités de paiement des deuxième et troisième volets de la redevance. Actuellement, le CTP permet des ajustements aux schémas d’exploitation (tels que les horaires et les fréquences) en raison de la réduction de la demande produite par l’urgence nationale, ainsi que la promotion des relations commerciales entre les opérateurs de bus et les entreprises pour le transfert de travailleurs pendant la période de urgence.

“Du vice-ministère des transports et du CTP, nous déployons tous les efforts nécessaires pour garantir la continuité du service de bus, en coordonnant ces actions au niveau interinstitutionnel et avec le secteur des entreprises qui nous permettent de faire face et d’atténuer les impacts de l’urgence nationale que nous vivons”, a déclaré le Vice-ministre des transports, Eduardo Brenes.

Dans le cas de l’ARESEP, l’Autorité a prolongé les délais de perception des redevances pour les services de transport et a également mis en place des moyens pour générer des modalités de paiement. En revanche, les audiences publiques sur les ajustements de tarifs ont été suspendues conformément à l’ordre sanitaire.

Dans les cas où une incidence économique est prouvée par la crise dérivée de COVID-19, l’INS accordera certaines facilités à ses clients qui fournissent le service dans les transports publics. Par exemple, le délai de grâce sera prolongé jusqu’à 4 mois et les demandes seront reconnues conformément aux directives établies par l’institution.

Pour les unités de bus qui sont prouvées hors circulation et protégées sur place, une assurance incendie est proposée avec la couverture nécessaire pour les véhicules non exposés aux risques de circulation.

Concernant l’assurance contre les risques professionnels, les entreprises peuvent soumettre à l’INS la projection des salaires à verser pendant la période de collecte, afin de réajuster la prime correspondante.

Pour le mode taxi. Les actions menées par le Conseil des transports publics lors de l’urgence COVID-19 comprennent également les mesures suivantes pour le secteur des taxis:

  • Octroi d’un délai de 90 jours qui peut être prolongé pour la formalisation des procédures relatives aux taxis qui sont approuvées par le conseil d’administration pendant la période d’urgence nationale ou dont les conditions de formalisation expirent pendant la période d’urgence nationale.
  • Autorisation pour les chauffeurs de taxi d’aéroport de fournir des services dans d’autres endroits ou par le biais de contrats spécifiques avec des entreprises qui ont besoin de leurs services.
  • Report d’ici le 15 juin 2020 du recueil du deuxième tract du canon, recueil prévu pour le dernier jour d’avril.
  • Coordination avec COSEVI pour que RITEVE ne demande pas de preuve de paiement de la redevance pour effectuer la revue technique du véhicule.

Pour la modalité de services spéciaux. En collaboration avec le secrétaire technique du Réseau national de garde et de développement de l’enfant et la Direction nationale des centres d’éducation et de nutrition et des centres de soins complets pour enfants, à la suite de l’urgence nationale du COVID-19, le CTP a autorisé 1 300 titulaires de licence les étudiants transportent pour livrer de la nourriture, et permettent ainsi la continuité de leurs services de transport.

En revanche, pour toutes les modalités, le MOPT a publié la résolution de transférer les revues techniques des véhicules d’avril à mai.

Le CTP déploie également des efforts conjoints avec les entités financières et la Caisse de sécurité sociale du Costa Rica pour faciliter les mesures économiques qui atténuent les effets de l’urgence.

Dernières nouvelles