et-loader

33 000 000 $ des prêts de la BID et de l’AFD pourraient être utilisés pour le CCSS

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Le gouvernement de la République propose d’utiliser 33 milliards de ¢ du prêt à la Banque interaméricaine de développement (BID) et à l’Agence française de développement (AFD) pour payer à la Caisse costaricienne de sécurité sociale (CCSS) la contribution qu’il a promis de régler en ce qui concerne la diminution qui a été appliquée à l’assiette fiscale minimale (BMC) des travailleurs de l’assurance maladie et pension en raison de l’affectation de COVID-19.

Au mois de mars, le conseil d’administration de la CCSS a convenu pour une période de trois mois de réduire de 75% l’actuel BMC en assurance maladie et retraite, correspondant au salaire de base par lequel tous les travailleurs doivent cotiser à cette assurance, dans le cadre des actions pour assister à l’urgence nationale par COVID-19.

Le ministre de la Présidence, Marcelo Prieto, dialoguera avec les différentes sections de l’Assemblée législative afin d’obtenir l’approbation des députés.

Le prêt BID-AFD de 380 millions de dollars a été présenté au Parlement afin d’être utilisé à l’attention de l’urgence du coronavirus.

De plus, dans le cadre de l’engagement du gouvernement envers le CCSS dans la recherche de solutions pour la viabilité financière de l’institution, en coordination avec le conseil d’administration, des groupes de travail ont été mis en place pour aborder diverses mesures, notamment:

-Tableau 1. Préciser la projection du coût total des soins COVID par le CCSS.

-Tableau 2. Présentation du pouvoir exécutif d’une contre-proposition de support de liquidité et d’une voie d’analyse sur une assiette fiscale minimale.

-Tableau 3. Analyse de la légalité de la collecte auprès du ministère de l’Éducation publique et du montant correspondant.

-Tableau 4. Coordination et génération d’une proposition d’assurance différenciée pour les personnes du secteur informel.

Le président de la République aura une deuxième séance de travail avec le conseil d’administration du CCSS la semaine prochaine.

Il s’agit d’un effort de coordination entre l’exécutif et le conseil d’administration pour relever ensemble les défis de l’institution et travailler à son renforcement.

Dernières nouvelles